Le Prix Zoubeida B’chir pour les écrits féminins tunisiens

 

 

Le CREDIF a mis en place ce concours en 1995, avec la collaboration du Club Culturel Tahar Haddad, dont on a attribué le nom de la pionnière tunisienne Zoubeida B’chir, en 1968,  son recueil de poésie intitulé "Hanin" a été la première publication féminine littéraire. Ce prix est distribué lors des festivités du 8 mars, journée internationale de la femme.

Ce concours est considéré comme un acquis national au profit de la femme tunisienne en tant que seule manifestation qui se penche sur les écrits des femmes. Il prétend à davantage d’initiative, de distinction et de présence dans la sphère intellectuelle. 

Par ailleurs, il incite les chercheurs à la production scientifique relative à la femme, au genre et à la sauvegarde du patrimoine culturel national.

A ses débuts, le concours s’est limité à la production littéraire dans les deux langues, arabe et française, pour évoluer au fil des années vers le volet scientifique, il se présente comme suit :

  1.  Prix de la création littéraire en langue arabe,
  2.   Prix de la création littéraire en langue française,
  3.   Prix de la recherche scientifique en langue arabe
  4.    Prix de la recherche scientifique en langue française,
  5.    Prix de la recherche sur la femme tunisienne, basée sur l’approche genre.

Par souci de crédibilité, le CREDIF a créé en 2001 un comité de suivi du Prix Zoubeida B’chir qui réunit des compétences scientifiques etlittéraires reconnues sur la scène intellectuelle pour vérifier les œuvres soumises à la compétition et nommer les membres du jury.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Top