الكريديف / CREDIF

facade.jpg

connexion

Top Panel
A- A A+

Observatoire égalité des chances entre les deux sexes

DE L'OBSERVATOIRE « DE LA CONDITION DE LA FEMME »

A L’OBSERVATOIRE « GENRE ET EGALITE DES CHANCES »

 

 

 

L’Observatoire de la Condition de la femme, Projet ambitieux inachevé…

 

Mis en place en 1993 au sein du CREDIF, l’Observatoire de la Condition de la Femme constituait le premier mécanisme, sur le plan national, ayant pour mission principale de suivre, d’observer et d’analyser les divers aspects des conditions des femmes en Tunisie afin d’éclairer la décision politique et d’orienter davantage les actions de développement économique et social, en faveur des différentes catégories féminines.

 

Soutenu par des organismes onusiens et internationaux, l’Observatoire a pu pendant une dizaine d’années, fournir des données essentiellement quantifiées, des analyses genre, des rapports annuels, des études spécifiques voire des recherche-actions, qui étaient d’un grand apport pour les chercheurs et les planificateurs. Il est parvenu à vulgariser les données statistiques disséminées par sexes dans différents secteurs et de ramener plusieurs institutions gouvernementales productrices de statistiques à ventiler ses données par sexes et d’adopter l’approche genre dans leurs analyses.

 

Au-delà du contexte national, des pays de l’Afrique francophone, en l’occurrence le Mali, ont dupliqué l’expérience du CREDIF - élu en 1998 par le FNUAP, comme Pôle d’Excellence Régional en matière de genre - et celle de son Observatoire.

 

Néanmoins, la réalité des contraintes d’ordre politique, matériel voire technique auxquels l’Observatoire a était confrontée, a bloqué le processus de sa production scientifique et de son évolution institutionnelle. Précarité des fonds, manque, ou presque, inexistence de personnels qualifiés, absence de vision et de stratégies au sein d’un contexte national lui-même défaillant quant à la production scientifique et statistique, ont fait de l’Observatoire de la Condition de la Femme un projet ambitieux inachevé.

 

 

Auto-critique « révolutionnaire » partagée…

 

L’intention réelle de défendre la «légitimité scientifique » du CREDIF qui a émané de son personnel depuis 2010, a été partagée le lendemain de la Révolution du 14 janvier, avec une élite d’universitaires et d’experts ayant consacré une partie majeure de leurs réflexion et œuvres aux problématiques du genre et d’égalité des chances entre les sexes en Tunisie.

 

Lors d’une rencontre tenue en janvier 2011 au CREDIF, les éléments d’une réflexion stratégique sur l’avenir « scientifique » du centre ont était débattus sur la base d’une lecture critique de ses réalisations et ses limites dans les domaines de la recherche (y compris l’Observatoire), de la documentation, de la communication et de la formation, aboutissant à un ensemble de recommandations susceptibles d’accentuer l’indépendance « idéologique » du CREDIF et de promouvoir la qualité de sa production scientifique et de son expertise en matière de genre. Par ailleurs, la rencontre a débouché, sur une proposition pertinente : celle de rendre l’observatoire un mécanisme performant de suivi et d’analyse de l’état de l’égalité des chances entre les sexes en Tunisie.

 

Cette évaluation thématique et méthodologique préliminaire a déclenché le processus d’une reconstruction épistémologique d’un Observatoire d’Egalité des Chances entre les sexes sur la base d’un patrimoine assez riche de travaux empiriques et d’analyses statistiques. Cette reconstruction s’est accompagnée d’une réorganisation institutionnelle, garantissant l’indépendance et la neutralité de ce mécanisme.

 

Experts, chercheurs et universitaires, ayant assisté la naissance de l’Observatoire depuis des années, se sont rassemblé encore une fois autour de ce mécanisme afin de le repenser en profondeur en terme de missions et d’approches, et ce dans le cadre d’un comité scientifique qui s’est réuni pour la première fois, le 29 juin 2012.

 

 

 

 

 

L’Observatoire « Genre er égalité des chances », projet ambitieux entamé…

 

La redynamisation de l'Observatoire, comprenant aussi bien les niveaux méthodologiques que les aspects logistiques et matériels, tend à rendre ce mécanisme capable d'éclairer la décision politique, la planification stratégique et d’orienter l’action de développement afin de réduire les disparités entre les sexes dans divers domaines, à travers une batterie d’indicateurs, non seulement quantitatifs mais aussi qualitatifs, objectivement élaborés et analysés.

 

La capacité de l'Observatoire d'avoir une vision globale le rendrait un levier de changement quant aux questions de inégalités sur le plan local, régional et national et une force de proposition des problématiques prioritaires de recherches et des recommandations pratiques visant à réduire les disparités entre les sexes même au niveau juridique, à travers l’observation des discriminations et l'anticipation de la promulgation textes de lois.

 

L’ouverture de l’Observatoire sur les approches qualitatifs serait d’un apport majeur pour une plus grande visibilité et une meilleure lecture et des aspects latents de notre vécu socio-culturel demeurant jusqu’à nos jours sous-analysés.

 

A cet effet, outre la base de données statistiques « Bchira Ben Mrad », d’autres bases de données seront mises en place au sein de l’Observatoire. Désormais, et grâce à l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population -UNFPA, une base de donnée est en cours de mise en œuvre sur les associations œuvrant à l’égalité des chances entre les sexes en Tunisie. Une fois mise en place, un catalogue analytique brossera un tableau d’ensemble sur la réalité associative féminine en Tunisie. Il est envisagé aussi, sur le moyen terme, de mettre en place une base de données enquêtes et études du CREDIF et une base de données sur les compétences féminines tunisiennes.

 

En outre, l’ouverture de l’Observatoire sur la société civile ainsi que sur les institutions académiques, le rendrait une unité vivante et dynamique ayant un large public de bénéficiaires et une expertise développée en matière de statistiques genre et de recherche appliquée.

 

Thématiques prioritaires (telles que le chômage, la pauvreté, la participation à la vie publique), approches méthodologiques (telle que l’approche géo-sociale), articulation et interaction avec la recherche (au niveau du CREDIF et au niveau national), et nature des supports qui seront produits par l’Observatoire (rapports, policy papers, outils de plaidoyer, ….) feront l’objet des débats des prochaines rencontres nationales et internationales prévues dès la rentrée, et qui s’inscrivent toujours dans le cadre de la stratégie du CREDIF pour la redynamisation de son Observatoire.

 

Site Who is she

Site des associations

Galerie photos

les vidéos

Les dernières vidéos

Les réseaux sociaux